Old habits die hard.

Ha, le destin. L’osti de destin. Il a le dos fucking large, celui-là.

Tsé, quand la vie te garroche quelque chose de pas d’allure, tu le prends et tu te dis « En tout cas man, je peux pas dire que ma vie est plate; mes petits-enfants vont entendre cette aventure-là et trouver que ma vie rockait dont ben ». Tu te dis que même si pour l’instant t’as l’impression de t’être fait déverser un baril de puke sur la tête, ben un jour, ça va te faire toute une histoire à raconter. Et puis le temps passe, tu t’en remets, t’as encore le coeur qui pince un tout p’tit peu, mais l’histoire devient un souvenir qui te fait plus sourire que pleurer, et puis voilà, tu passes à autre chose, life goes on.

«The universe may not always play fair, but at least it’s got a hell of a sense of humor.»

Mais quand, tes larmes à peines séchées, pour des raisons inconnues et dans des circonstances quasi extra-terrestres, tu te retrouves les deux pieds dans une deuxième situation qui s’apparente étrangement à la première, ben t’as deux choix:

  • Tu te dis « YO, c’est le destin! Ça n’a pas fonctionné la première fois, mais la deuxième sera la bonne! C’est une deuxième chance! MERCI LA VIE, je me lance, j’y va! C’est donc ben la preuve qu’il ne faut jamais perdre espoir! »
  • Tu te dis « YO, c’est le destin! C’est CLAIREMENT un test pour voir si je vais me remettre les pieds dans le caca ou si cette fois je serai assez brillante pour ne pas m’embarquer dans n’importe quoi! Eh que je me ferai pas avoir cette-fois ci! Run! Ruuuun! »

Mais sérieux.

Sééérieeeux guys.

Qui choisit le deuxième? Qui se dit « Non, cette fois-ci, je pense avec ma tête, je rééé-flééé-chiiis »?

Ben paaas moooiii.

C’est BEEEN plus drôle de se recrisser dans ‘marde, ne serait-ce que pour une petite saucette. Pour voir. Des fois que. C’est beeen plus facile de voir des belles coïncidences, des cadeaux de la vie, des parallèles and shit, pour probablement angoisser ta life une couple de semaines plus tard en te sentant comme de la schnoutte ET crissement naïve. Juste parce que les probabilités étaient presque nulles, que le contexte n’annonçait rien de tel, pis que man, c’est ben trop tentant de voir ce qui va arriver.

Mais que voulez-vous, moi, baril de puke ou pas, j’ai une attirance démesurée envers l’incroyable, et une croyance béton que les contes de fées arrivent dans la vraie vie des fois.

Tsé, au pire, une tête, ça se lave.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s