Le switch.

Mine de rien ça fait deux mois que je suis in love (OUUUUHHHHHH!).

Peux-tu croire?

Moi des fois sérieux je catche pas encore.

Faut dire que ça s’est fait bing bang sur un méchant temps, aweille un french par ci un french par là pis j’me retrouve à signer un bail (ben oui toé BEN OUI) avec un gars que je considérais comme mon p’tit frère même pas trois mois plus tôt et que j’aurais jamais considéré comme un prospect tellement c’tait mon besssssssssst.

Au début j’tais pas trop sûre on va se le dire, tu me connais, j’veux-tu j’veux-tu pas, ça va-tu marcher, c’est-tu une bonne idée, je suis-tu en train de me mettre dans ‘marde (ça serait mon genre).

Mais tranquillement pas vite le switch s’est fait dans ma tête dans mon coeur pis dans mes bobettes aussi (fourrer c’est nice AVOUE).

Pis là ben me v’là-tu pas à avoir un fun frette à faire son ménage, à inventer des chansons à son chat qui me suit à la trace, à passer ma fin de semaine à magasiner des lampes pour la salle de bain de ses parents. Ben oui ben oui je mets son linge sur des supports pis je fais des p’tits lunchs pis toute là.

KESSÉ ÇA ARI tu vas me dire?

Sérieux? Ben c’est l’amour j’penssssssse.

Des fois c’est sûr j’me build des histoires dans ma tête, j’me demande si j’suis pas juste une crisse de bitch dépendante affective qui voit plus assez ses amis pis qui est en train de changer pis qui va finir avec trois flos au nez coulant dans une maison avec piscine hors-terre à *voix d’outretombe* LAVAL. J’va-tu finir par avoir ça, ou pire, par VOULOIR ça? J’va-tu complètement changer? Fuck est-ce que j’ai déjà complètement changé? Esti c’est quand donc la dernière fois que j’ai vu mes amies? Pis l’homme de la maison lui, hein, j’l’ai presque pas vu ces temps-ci, ça y est, on va-tu s’éloigner pis finir par plus jamais se voir, chacun avec nos hommes de notre côté comme des vieux caves? Est-ce que MA VIE EST FINIE?

Ha, quand le spinnage part, quand la peur me pogne, j’te jure, j’crisserais toute ça là.

Pis après ça, ben l’homme de la maison me texte des jokes de gouine, j’envoie des p’tits Emoji à mes chix, pis après Boubou vient me ronronner dans les oreilles pis mon amoureux vient me frencher avec sa face inhumainement parfaite qui me dérange quasiment les ovaires pis me dit «Tsé quand on va avoir notre p’tite fille black qui va jouer du drum».

Pis là j’me dis, CRISSE que chu ben.

tumblr_lqkb4dVmts1qzz8m7o1_1280

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s